• MORNE VERT

Billets de aapa

Memoire de mer

Publication de notre Président !

Par Le 11/02/2021

Auteur : Jean-Sébastien GUIBERT

 

Editeur : PRESSES UNIVERSITAIRES DE BORDEAUX

 

Collection : La mer au fil du temps

 

Date parution : 02/2021

Ce livre, tout en couleur et richement illustré, s'adresse aux amoureux d'histoires maritimes, aux passionnés de l'âge d'or de la navigation à voile mais aussi aux férus d'archéologie sous-marine et autres découvreurs d'épaves, de cartes anciennes, etc.
Cet ouvrage passionnant et facile à lire, richement documenté, s'intéresse aux Antilles de la période coloniale et en particulier à la Guadeloupe.
Cependant, les histoires de mer qui s'y racontent sont d'une portée universelle, à l'image de celle du radeau de la Méduse.
Les conséquences des batailles navales et des épisodes de guerres maritimes sont comparées aux pertes liées aux aléas climatiques, coups de vent et ouragans..
L'histoire des naufrages révèle les faces cachées de l'histoire des Antilles : fréquentation maritime économique et militaire, dangers et risques, ports et mouillages, marins et cargaisons.
Ce remarquable travail synthétise et définit le potentiel archéologique des épaves et de leur identification, et plus largement du patrimoine maritime antillais.

Auteurs :

Auteur Jean-Sébastien Guibert est maître de conférences en histoire des mondes modernes et contemporains à l'Université des Antilles spécialisé dans l'histoire et l'archéologie maritimes des Antilles françaises, et membre du laboratoire AIHP Géode EA 929.Ce livre, tout en couleur et richement illustré, s'adresse aux amoureux d'histoire maritimes, aux passionnés de l'âge d'or de la navigation à voile mais aussi aux férus d'archéologie sous-marine et autres découvreurs d'épaves, de cartes anciennes, etc. Cet ouvrage passionnant et facile à lire, richement documenté, s'intéresse aux Antilles de la période coloniale et en particulier sur la Guadeloupe. Cependant, les histoires de mer qui s'y racontent sont d'une portée universelle, à l'image de celle du radeau de la Méduse. Les conséquences des batailles navales et des épisodes de guerres maritimes sont comparées aux pertes liées aux aléas climatiques, coups de vent et ouragans... L'histoire des naufrages y révèle les faces cachées de l'histoire des Antilles : fréquentation maritime économiques et militaires, dangers et risques, ports et mouillages, marins et cargaisons. Ce remarquable travail synthétise et définit le potentiel archéologique des épaves et de leur identification, et plus largement du patrimoine maritime antillais.


Reliure : Broché
Nbr de pages : 350Dimension : 19 x 26
ISBN 10 : 1030002827
ISBN 13 : 979103000282935,00 €

Dans Opération

Vendredi 19 juillet : Rangement

Par Le 27/07/2013

Vendredi 19 juillet : Rangement

Aujourd'hui les opérations sur le terrain avaient pour objectif de ranger le matériel et de conditionner le site pour l'arrêt des opérations. Les structures mise à jour ont été stabilisées et réensablées. L'ensemble du matériel utilisé pendant le chantier a été rapatrié pour être nettoyé et rangé jusqu'à la prochaine opération. Pendant les semaines à venir le désalage du mobilier prélevé au cours de l'opération fera l'objet d'un suivi attentif par Marc.

Je laisse la main pour un dernier billets dans les jours à venir pour une synthèse des premiers résultats. Mais une grosse partie du travail reste à venir : celle de la rédaction du rapport de synthèse de l'opération. Je retourne quant à moi à mes occupations premières avec le plaisir d'avoir découvert une nouvelle discipline à la croisée entre histoire et archéologie ... pas si éloignée que cela de la littérature !

Un grand merci à toute l'équipe : Marc, François, Franck, Thomas, Dominique, Lola, Noé, Pierre-Yves, Sébastien, Gaelle, Jean-Loup, Jean-Sébastien, Fabrice, Daniel, Roméo, Caroline et tous ceux qui nous ont aidé à réaliser ce projet ... 

Dans Opération

Jeudi 18 juillet : Derniers relevés

Par Le 27/07/2013

Jeudi 18 juillet : Derniers relevés

Ce jeudi les derniers relevés et prélèvements ont été réalisés. L'observation des détails de fixation des différentes structures ont fait l'objet d'une plongée. En parallèles quelques derniers objets isolés ont fait l'objet de prélèvements de surface. En parallèle un étiquettage durable des dalles déplacées à été opéré.

Tout cela annonce la fin de l'opération ... En effet la plupart des objectifs fixés pour l'opération de terrain ont été atteints. Reste à attendre les résultats croisés des diférentes analyses et études pour confirmer ou infirmer l'hypothèse d'identification de ce site d'épave comme étant celui du navire de commerce de Bordeaux la France.

Dans Opération

Mercredi 17 juillet : relevés et prélèvements

Par Le 20/07/2013

Mercredi 17 juillet : relevés et prélèvements

À nouvelle strate : nouveaux relevés ... Après avoir dessiné l'ensemble des éléments de charpente, les plongeurs ont réalisé des prélèvements de bois des différentes structures mise en évidence la veille. L'opération consiste à scier des parties les éléments de bois. Le conditionnement des échantillons a pris toute l'après midi ! À première vue les planches de bordé ne sont pas du chêne ... mais cela doit être vérifié par analyse xylologique ou détermination d'essence pour faire plus simple ! Ils permettront peut-être de faire une étude dendrochronologique c'est à dire de l'étude des cernes de croissance pour dater l'abatage des arbres. L'objectif est ici de voir si cette date peut correspondre à celle que nous avons en archives, élément important de notre enquête archéologique. Affaire à suivre mon cher Watson !

img-87220.jpg

Les échantillons seront envoyés à Marseille pour être étudiés par un laboratoire spécialisé. C'est donc presque un retour à la case départ pour ces pièces de bois ! 

Mardi 16 juillet : des virures et des membrures !

Par Le 20/07/2013

Mardi 16 juillet : des virures et des membres

Les opérations de levage ont permis d'accéder aux vestiges de la structure de la coque dans un mètre carré. Les membrures et les virures du navires sont en place ... D'après ce que les archéologues ont bien voulu me dire, les membrures sont les éléments de charpente transversale du navire. Les virures sont constitués des planches de bordé, partie extérieure de la coque. Le tout est fixé par des clous de bordé, gournables et chevilles. Nous voilà donc au coeur de l'épave ... Enfin presque !

Ces éléments sont intéressants et permettront l'étude du système de fixation de la charpente mais aussi de réaliser des prélèvement afin de déterminer l'essence des bois utilisés dans la construction du navire. Les résultats semblent satisfaire tout le monde ... Ce n'est pas rien !

img-849000.jpg

Le port de Pointe-à-Pitre au XIXe siècle : l'accès en question

Par Le 20/07/2013

Le port de Pointe-à-Pitre au XIXe siècle : l'accès en question

À l'époque de la marine à voile le port de Pointe-à-Pitre est considéré comme un des mouillages les plus sûrs des Antilles pendant l'hivernage. Cependant ses qualités d'accès et sortie ne sont pas en sa faveur : passe sinueuse, vents contraires pour la sortie etc... Ces inconvénients sont aux XIXe siècle au coeur des préocupations des administrateurs afin de les dépasser. Cette carte montre le port en 1826.

pap1826-rade-pap.jpg

Les conditions du naufrage du navire la France renvoient aux difficultés de sortie du port. Au début du XIXe trois possibilités s'offrent aux capitaines de commerce : sortir à la voile, être toué c'est à dire tiré par des embarcations à rames, ou se haler sur les corps morts de la passe. C'est cette dernière option que le capitaine Gérard choisit. Cependant la dernière bouée d'appareillage cède ne laissant quasiment aucune chance au navire qui s'échoue sur le banc de l'îlet à Cochons

À partir des années 1830 l'utilisation du premier navire à vapeur utilisé à la Guadeloupe permet de procéder à la sortie des navires de commerce avec plus de sûreté. Mais cette initiative privée est abandonnée dès 1835 pour être reprise ultérieurement.

Dans Opération

Lundi 15 juillet : levage et lévitation

Par Le 16/07/2013

Lundi 15 juillet : levage et lévitation

Aujourd'hui les opérations consistent à la numérotation et au déplacement d'une première partie des pierres taillées dans le carré C1. Après avoir été numérotées et mesurées une dizaine de pierres taillées sont ainsi déplacées à l'aide d'un parachute. C'est ce que l'on appelle une opération de levage. Mais les efforts sont surtout le résultat d'une bonne gestion du parachute qui grâce à l'air qu'il retient permet de déplacer assez aisément ces dalles dont les plus grosses dépassent les 30 kilos. Noé sait ce que sait ... c'est lui qui est chargé de les nettoyer en cas de prélèvement !

noebloc1.jpg

Lévitation parce que cette opération permet aux plongeurs d'accéder à la structure de l'épave en place sous les dalles. Même si celle-ci est très abimée on peut lire sur le visage des plongeurs une vraie satisfaction ... ils pourront présenter quelques caractéristiques de ce qu'ils appellent la construction navale ... D'après ce que j'ai compris c'est important, mais ne me demandez pas pourquoi !